Quel candidat gère le mieux son endettement personnel ?

Nos articles

14 avr 2017

Quel candidat gère le mieux son endettement personnel ?

Le 22 mars dernier, les candidats à l'élection présidentielle ont tous dévoilé, pour la première fois de l'Histoire, leur patrimoine à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. C'était aussi l'occasion de dévoiler leurs dettes...

Avant d'avoir à gérer la dette et le déficit de l'Etat, les candidats à l'élection présidentielle ont eu, et ont encore, à gérer leur propre endettement. S'il n'est pas dit que le fait de bien gérer ses finances personnelles fasse systématiquement du candidat un bon gestionnaire pour le pays, ou inversement, les différences entre les candidats restent surprenantes et intéressantes. Le cabinet Persona Courtage a dévoilé le 6 avril dernier son analyse de l'endettement des onze candidats à l'élection présidentielle. Voici les éléments marquants :

Marine Le Pen très endettée... mais plus pour longtemps

Marine Le Pen est la plus endettée de tous les candidats. Cela ne vient pas d'un prêt immobilier mais de deux prêts personnels souscrits afin de financer sa campagne 2017, d'une valeur totale de 6 millions d'euros. Il lui restait 5.415 millions d'euros à rembourser au moment de sa déclaration de patrimoine. La candidate du Front National compte probablement sur le remboursement des frais de campagne pour se désendetter très rapidement car les deux prêts arrivent à échéance en 2018...

Considéré comme un "petit" candidat, François Asselineau est un de ceux qui a l'endettement le plus important du lot. Le candidat de l'Union populaire républicaine (UPR) a souscrit pas moins de 5 prêts, immobiliers ou la consommation, pour un montant total dépassant les 430.000 euros. Il lui reste actuellement la quasi totalité de ces sommes à rembourser.

Macron pourrait renégocier son prêt

Vient ensuite un autre favori à l'élection présidentielle, Emmanuel Macron, avec un prêt de 350.000 euros, contracté pour la réalisation de travaux dans la propriété de sa femme Brigitte Macron. Selon Persona Courtage, le candidat d'En Marche pourrait économiser 15.000 euros, soit 124 euros par mois, sur le montant à rembourser (246.837,44 euros au moment de la déclaration) s'il en renégociait le taux d'intérêt, actuellement à 2,30%. Les taux pratiqués dans les nouveaux prêts ou renégociations en mars 2017 étaient en moyenne de 1,77%, selon le dernier baromètre crédit logement/CSA.

Lire aussi : Présidentielle 2017 : doit-on laisser filer la dette française ?

Si on s'en tient aux montants empruntés, 289.007 euros pour un prêt immobilier et un prêt personnel, Jean-Luc Mélenchon pourrait également être considéré comme très endetté, mais il ne lui restait, au moment de la déclaration, qu'à rembourser 151.723,62 euros au total. Persona Courtage note que le candidat de la France Insoumise a obtenu un taux d'intérêt "très optimisé" de 1,39% pour son crédit immobilier

 A l'autre bout du "classement", le candidat le moins endetté est Philippe Poutou, candidat du NPA, qui ne possède aucun prêt. Benoît Hamon se distingue lui par le taux de crédit qu'il a réussi à obtenir. Le candidat PS fait encore mieux que Jean-Luc Mélenchon avec un taux de 1,35% (hors assurance) pour son prêt de 580.348 euros destiné à l'acquisition de sa résidence principale.