Les taux de crédit immobilier sont en hausse. Avec une moyenne de 1,38 % toutes durées confondues, ils restent néanmoins proches de leurs seuils historiques.

Remontée modérée, mais constante, des taux

Après une baisse continue depuis plus de deux ans, les taux de prêt immobilier remontent pour tous les profils d’emprunteurs. Après 1,34 % en décembre (hors assurance et coût des garanties), ils ont grimpé à 1,38 % en janvier selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Le mouvement reste modéré, mais les candidats à l’achat doivent se dépêcher de concrétiser leur projet.

L’inversion de la tendance est due en premier lieu à la remontée de l’OAT 10, sur lequel sont indexées les grilles tarifaires des banques. En effet, en janvier, c’est la première fois que ce taux des emprunts d’État à dix ans a repassé la barre du 1 % depuis décembre 2015.

Une conséquence de l’ajustement des politiques des banques

Par ailleurs, les établissements prêteurs corrigent leurs barèmes pour freiner l’explosion des demandes de crédit, mais surtout, des renégociations et rachats de prêt. Pour bénéficier de conditions plus attractives et réduire ainsi leur dette, des milliers de propriétaires ont eu recours à cette opération financière, obligeant les banques à livrer une âpre bataille.

Il faudra attendre le printemps pour observer l’évolution des taux, cette période étant historiquement faste en matière d’achats de logements, et pouvant pousser les banques à accorder de meilleurs taux immobiliers.

Retour de l’inflation

Pour autant, les conditions du marché restent très favorables aux ménages. De plus, après avoir stagné pendant deux ans, les prix aussi remontent, réduisant encore le coût du crédit immobilier. Enfin, la Banque Centrale Européenne maintient sa politique monétaire incitative, permettant aux banques de bénéficier de se refinancer à moindres frais et de continuer à proposer des emprunts bon marché sans rogner sur leurs marges.