Tarifs bancaires exorbitants, fermeture d’agences, prêt immobilier très coûteux… Votre établissement actuel ne vous convient plus et vous voulez voir ailleurs.

La loi sur la mobilité bancaire devrait vous aider à changer facilement de banque. Et elle devrait aussi vous permettre de mieux faire jouer la concurrence.

Toutefois, il subsiste un principal frein à cette mobilité : les prêts immobiliers en cours de remboursement. Heureusement, des astuces existent pour contourner cet obstacle.

Mobilité bancaire : quid des crédits immobiliers ?

Il faut savoir que les prêts immobiliers ne sont pas concernés par la loi sur la mobilité bancaire. En outre, les crédits immobiliers ne sont pas transférables d’un établissement à l’autre.

Malgré tout, si vous êtes absolument décidé à quitter votre banque, quelques astuces existent :

  • Ouvrir un compte dans une autre et garder votre prêt immobilier dans votre ex-banque.
  • Solder votre prêt immobilier en cours (remboursement anticipé) ou procéder au rachat de votre crédit auprès d’un établissement concurrent. Dans le second cas, mieux vaut faire appel à un courtier immo pour gagner du temps et profiter de conditions de financement avantageuses.

Changer de banque et garder votre prêt immobilier

Si votre demande de rachat de crédit a été « systématiquement » rejetée ou si vous n’avez pas réussi à négocier un meilleur taux immobilier auprès de la nouvelle banque, il est préférable de conserver votre crédit.

Pour rappel, vous avez tout à fait le droit d’ouvrir un compte chez une banque tout en détenant un crédit dans une autre.

Gardez toutefois à l’esprit que dans la majorité des cas, la banque prêteuse exige la domiciliation de vos revenus chez elle pendant toute la durée du crédit.

Et, en cas de non-respect de cette obligation, le contrat autorise l’établissement de crédit à prononcer la « déchéance du terme » et à exiger le remboursement immédiat du capital restant dû.

Cette clause peut être contestée devant un juge, car elle s’avère illégale si elle n’était accompagnée d’aucune contrepartie personnalisée à votre profit.

Une autre solution consiste à mettre en place un virement permanent correspondant aux mensualités entre votre nouveau compte et l’ancien. Dans ce cas, il faut prévoir des frais bancaires (frais de tenue de compte, frais de virement…) qui peuvent coûter cher.

Solder votre prêt immobilier en cours

Sachez que vous êtes libre de solder le capital restant dû de vos crédits immobiliers à tout moment, sans attendre la fin du contrat.

Pour cela, deux possibilités s’offrent à vous : soit vous remboursez le prêt de votre poche (épargne, donation…), soit vous faites racheter votre crédit par un établissement concurrent. Un comparateur crédit immo vous sera certainement utile pour trouver la meilleure offre sur le marché.

Mais avant de sauter le pas, pensez à vérifier votre contrat de prêt. En effet, en cas d’absence de motif légal, des pénalités peuvent vous être facturées : les fameuses indemnités de remboursement par anticipation (IRA).