Malgré une hausse modérée des taux, les crédits immobiliers restent très attractifs. Conséquence, la demande se situe toujours à des niveaux record. Et les Français sont de plus en plus nombreux à s’offrir les services d’un courtier. L’accompagnement d’un tel professionnel présente en effet de multiples avantages.

Modes de fonctionnement des courtiers

Sur un marché du crédit très dynamique, 40 % des Français font appel à un courtier immobilier pour essayer de décrocher les conditions les plus attractives. C’est une alternative efficace à un contact direct avec son banquier.

Ayant un accès à toutes les banques et les agences, il dispose de leurs barèmes mis à jour selon la durée d’emprunt et le profil de l’emprunteur. Il est ainsi en mesure de comparer plus rapidement les offres disponibles sur le marché et de lui présenter les offres susceptibles de répondre à ses besoins.

Muni du mandat du client, il peut ensuite négocier directement avec chacun des établissements retenus et monter le dossier. Certaines agences de prêt immobilier cherchent même une proposition d’assurance de crédit déléguée, et vont jusqu’à accompagner le client pour la signature à la banque et chez le notaire.

Toutefois, lorsque la démarche se passe sur Internet, le courtier accompagne généralement le client jusqu’à la sélection de la banque (des banques) et le laisse traiter avec le prêteur de son choix. Le professionnel assure toutefois un suivi jusqu’au déblocage des fonds.

Avantages financiers du recours au courtier immobilier

Bien que les économies permises par le recours à un courtier varient notablement en fonction des dossiers, l’emprunteur gagne en moyenne 0,2 % ou 0,3 % sur le taux. Pour les primo-accédants présentant un fort potentiel pour les banques, et les ménages aux revenus mensuels supérieurs à 5000 euros, la baisse s’élève parfois à 0,5 % ou 0,6 %.

En y ajoutant la réduction des frais de dossier et de garantie, de l’assurance et de l’éventuelle indemnité de remboursement anticipé, l’économie peut atteindre 13 000 euros pour un capital de 200 000 euros remboursable sur 20 ans.

Frais de courtage

En contrepartie de ses services, le courtier en crédit immobilier facture des honoraires, souvent déduits ensuite des frais de dossier de la banque. Leur montant varie en fonction du canal utilisé pour la demande (en ligne ou via une agence physique) et de la prise en charge souhaitée.

En agence, les courtiers réclament entre 900euros et 1500 euros, mais les montants affichés sont pour la plupart négociables, tout comme les frais de dossier, qui peuvent être gratuits ou tourner autour de 300-500 euros.

Attention, selon le Code de la consommation, aucun paiement ne doit être fait au courtier avant la signature de l’acte auprès du notaire ou la mise à disposition de l’argent. Si aucune des formules de prêt présentées ne correspond au mandat, le client n’a rien à régler.