Pour dénicher un prêt immobilier aux meilleures conditions, les candidats à l’accession à la propriété sont de plus en plus nombreux à faire appel à un courtier. Mais attention, pour un même dossier, les tarifs pratiqués par ces professionnels peuvent considérablement varier, allant de 600 à 2 000 euros. Il est donc essentiel de prendre certaines précautions avant de recourir à leurs services.

Pourquoi de tels écarts de tarifs entre les courtiers ?

Selon une enquête de Challenges, la différence entre les honoraires de plusieurs courtiers peut atteindre 1 400 euros. Cet écart n’est pas simplement dû à la politique de chaque réseau. En effet, l’étude révèle que des courtiers en prêt immobilier d’une même enseigne peuvent facturer, à dossier équivalent, des honoraires variant du simple au triple.

Pour comprendre, il faut se pencher sur le mode de fixation des frais de courtage. Sur la base des recommandations de l’enseigne, les franchises ou les succursales définissent leur propre grille en tenant compte des spécificités de leur marché. Dans les régions où les demandeurs ne disposent que de faibles ressources et empruntent par conséquent des sommes relativement faibles, les courtiers ne peuvent pas dépasser 1000 euros d’honoraires sous peine de perdre des clients, et cela, même si le montant rétrocédé par les banques est également peu élevé.

Combien facturent en moyenne les courtiers en crédit immobilier ?

En règle générale, ils réclament à l’emprunteur 1 % du capital emprunté, dans la limite de 1 500 ou 2 000 euros. Car un client qui souscrit un prêt de 500 000 euros ne va évidemment pas accepter de payer 5000 euros à son courtier en prêt immo, quand bien même ce dernier l’aide à trouver une offre vraiment attractive.

Mais il faut aussi savoir que ces spécialistes de l’emprunt logement perçoivent des commissions des banques en leur qualité d’apporteurs d’affaires. Ainsi, les établissements financiers leur versent l’équivalent de 1 % du montant du prêt, avec un plafond. La majorité des prêteurs limite la rémunération qu’ils leur accordent à 3000 euros, mais quelques-uns sont plus généreux, allant jusqu’à 5 000 euros.

Dans des cas très rares, les courtiers en crédit immobilier encaissent un montant non plafonné pouvant atteindre 6.000, voire 7 000 euros.