Alors que les taux d’intérêt des prêts immobiliers sont toujours très faibles, tous les Français ne pourront pas en profiter. En effet, l’une des conditions à l’octroi d’un crédit à des conditions attractives est d’avoir un CDI. Quelques exceptions sont cependant acceptées. Explications.

Le CDI, une condition indispensable pour obtenir un crédit immobilier

Selon Crédit Logement/CSA, la moyenne des taux de crédit à la mi-février se situe à 1,49 %. Mais de nombreux ménages désireux de s’offrir un logement risquent de ne pas décrocher le financement souhaité à cause de leur situation professionnelle.

En effet, les banques vérifient que le demandeur est titulaire d’un contrat de travail à durée indéterminée avant de s’intéresser à ses ressources et son projet, souligne notre directeur associé. Preuve de l’importance de cet élément du dossier, les professionnels du secteur estiment que 3,5 % seulement ont pu emprunter en CDD, et la plupart d’entre eux avaient un co-emprunteur en CDI.

Même dans cette configuration, beaucoup de projets n’aboutissent pas. En effet, le banquier ne tient compte que des revenus du conjoint en CDI dans le calcul des capacités de remboursement du couple. Et le fait que le taux d’endettement maximum toléré par le prêteur augmente à « 40 %, voire 42 % » au lieu de 33 % ne suffit pas toujours.

Les solutions de financement bancaire sans CDI

Pour certains professionnels, les banques consentent un prêt sans CDI. C’est par exemple le cas des personnes exerçant une profession libérale ou les micro-entrepreneurs dont l’affaire date de plus de trois ans, mais aussi des intermittents du spectacle ou des travailleurs en freelance. La banque se penche alors sur la régularité des revenus et l’ancienneté du demandeur dans son activité.

De même, bien qu’un apport personnel permette de négocier un meilleur taux de crédit immobilier et d’éviter l’hypothèque au profit du cautionnement, il est possible d’emprunter sans ce pécule.

L’emprunteur doit pour cela présenter un dossier bien ficelé qui montre des comptes bancaires bien gérés, sans découvert. En outre, le montant des futures mensualités associées à son prêt doit être aligné avec son loyer actuel afin de préserver l’équilibre de son budget. Dernier facteur favorable, un salaire fixe et suffisamment élevé assorti d’un bon potentiel d’évolution professionnelle.

Pour mettre toutes les chances de son côté, le recours aux services d’un courtier en prêt immo est vivement recommandé. De la recherche de l’offre de prêt la plus avantageuse en passant par la constitution du dossier jusqu’à la négociation avec la banque, l’accompagnement de cet expert du marché est précieux.