Les taux exceptionnellement faibles attirent des milliers de candidats à l’accession à la propriété. Tous ne peuvent pas en profiter de manière égale, les banques ayant un profil type de l’emprunteur idéal : les jeunes de moins de 35 ans aux revenus élevés. Les autres catégories de clients ne sont pas pour autant exclues du marché du crédit.

Des décotes en fonction du profil d’emprunteur ciblé

Les primo-accédants âgés de 25 à 35 ans peuvent actuellement décrocher des prêts longs à des conditions extrêmement avantageuses grâce à des décotes de 0,10 % à 0,15 % sur les barèmes officiels. Même si un apport personnel est apprécié, ils ont la possibilité d’emprunter sans. Car l’objectif pour les banques est de capter cette clientèle pour lui proposer ensuite des produits plus rémunérateurs comme les assurances et les placements.

Les prêteurs font également les yeux doux aux professions libérales ayant plus de trois années d’ancienneté dans leur activité. En plus du compte bancaire personnel, elles visent leur compte professionnel. Aussi, les taux bonifiés pour cette catégorie d’emprunteurs ne sont pas rares sur le marché.

Et bien entendu, les investisseurs restent les chouchous des banques, notamment des réseaux nationaux qui n’hésitent pas à leur accorder des financements à 110 %, avec l’espoir de leur vendre d’autres produits et services.

Les Banques populaires cherchent pour leur part à séduire les fonctionnaires, qui bénéficient de taux très faibles, de l’ordre de 0,20 % à 0,30 % selon les comparatifs de taux crédit.

Outre le profil, la stratégie de conquête des organismes de crédit dépend du contexte. Lorsqu’elles sont en retard sur leurs objectifs, elles mettent en place des opérations commerciales plus agressives. À l’inverse, en cas d’afflux de dossiers, elles relèvent temporairement leurs barèmes. Cet ajustement de la politique tarifaire peut se faire seulement à l’échelle d’une région.

Quelques conseils pour présenter un dossier solide

Si la plupart des éléments de son profil ne peuvent être miraculeusement améliorés (âge, niveau de revenus, situation personnelle et pro, etc.), quelques astuces permettent à l’emprunteur de se présenter sous un meilleur jour.

En premier lieu, il doit présenter une épargne régulière et des finances saines. Les découverts à répétitions, grosses dépenses superflues et multiples crédits à la consommation sont mal vus des banquiers. Aussi, il est préférable de reporter son projet, le temps de « nettoyer » ses comptes, et si possible, de solder ses petits prêts en cours, d’autant que cela réduit son taux d’endettement et augmente par conséquent sa capacité d’emprunt.

Avoir un apport couvrant au moins les droits de mutation et les frais de garantie constitue aussi un atout de taille. Pour réunir les 10 % nécessaires, le souscripteur peut demander une donation à ses parents, mobiliser son épargne salariale, etc. Il existe également des aides et subventions octroyées par les collectivités, ainsi que des prêts gratuits distribués par les banques régionales en complément du prêt à taux zéro de l’État.

Rappelons que la mise en concurrence de plusieurs offres est indispensable pour dénicher le contrat le mieux adapté à son profil et son projet. Gratuit, rapide, sans engagement, un comparateur de prêt immobilier en ligne est l’outil parfait pour cet exercice.